•  

    Chapitre 4 

     

     

     

    « Nora, Nora, ont arrivent, nous ne sommes pas loin ».

     

    Je me réveille avec cette maudite phrase dans la tête. Je reste allongée un moment puis me lève doucement. Je vais vers la porte de Chad et l’entrouvre. Il n’y a personne dans la pièce. Je la referme et retourne sur le canapé. Chad y est. Je vais m’assoir à côté de lui.

     

    « - Bonjour Nora, dit-il d’une voix mielleuse. Bien dormi ?

     

    - Oui et toi ?, dis-je.

     

    - Oui, enfin, je pense que ça pourrait aller mieux mais bon, répond-t-il en hochant la tête. Je t’ai senti hier soir, quand tu m’as allongée sur le lit, je l’ai senti.

     

    - Je…euh, je ne…, dis-je gênée.

     

    - Ce n’est pas grave, il était réconfortant, merci et pas besoin de rougir Nora, ce n’est rien, dit-il en passant son bras derrière mon cou.

     

    - Tu vas encore essayer de me tuer ?, demandai-je timidement en regardant sa main pendouiller sur mon épaule.

     

    - Non je ne veux pas, enfin plus maintenant tes paroles hier soir mon été très utiles, je dois l’avouer mais, dit toi bien que tu ne me verras plus jamais comme ça. A te regarder tu me rappelle vraiment quand tu n’étais encore qu’une enfant de quatre ans. Ne rougie pas, c’est la vérité.

     

    - …J’ai une question à te poser.

     

    - Vas-y, je t’écoute.

     

    - Pourquoi il y avait ta photo dans ma chambre au chalet ?

     

    - Ta grand-mère voulait que tu me reconnaisses. Alors, je pense qu’elle a du la poser là en pensant que tu la regarderais avec attention.

     

    - Ah, si tu le dis. Et c’est toi qui m’as emmenée dans votre chalet ? C’est toi qui m’as sauvée la vie ou alors c’était toi qui me traquait.

     

    - Je te traquais, puis j’ai senti quelqu’un qui se rapprochait de nous au dehors alors je t’ai parlé en sachant que tu allais t’évanouir ou quelque chose dans se genre là et je t’ai emmené au chalet. La personne qui était dehors n’était pas un humain, je l’ai senti, cette personne te cherchait surement et c’était un garçon, un damné peut-être, je ne sais pas. Nora, maintenant c’est à moi de te poser une question, aimes-tu quelqu’un ?

     

    - C’est une question embarrassante, enfin je trouve, car je dois te rappeler que tu as essayé de me tuer hier soir mais si tu insiste, dis-je en le voyant froncé les sourcils, … oui j’aime quelqu’un… et toi ?

     

    - Oui et je voudrai être franc avec toi Nora, alors qui aimes-tu ?

     

    - Je, euh, je… Mais pourquoi tu me poses cette question !! C’est plus qu’embarrassant maintenant !! Je ne te connais même pas…

     

    - Parce-que moi, c’est toi que j’aime Nora, je sais que tu ne dois pas beaucoup m’aimer car j’ai voulu te tuer mais je tenais à te le dire car je pense que c’est important. Quand tu étais petite j’ai du t’abandonner et je ne me le pardonnerai jamais, susurre-il en baissant la tête.

     

    - ….Oui, c’est, c’est vrai je crois m’en rappeler maintenant et c’est pour ça que tu me disais quelque chose, mais…pense-tu vraiment que c’est une bonne chose de m’aimer car je suis une damné et toi tu es, un, un…

     

    - Un sur-damné, oui je sais, mais je pense que l’amour n’à rien avoir avec ça, alors ? Qui aimes-tu Nora ?

     

    - C’est beaucoup trop embarrassant de dire à un garçon qui on aime !! Mais, on est que tout les deux n’es-ce pas ?

     

    - Oui, les autres sont partis dehors.

     

    - C’est, c’est, dis-je en soupirant, c’est toi. »

     

    Chad sourit puis il me prend la joue et m’embrasse. Il a le goût de menthe fraîche. Ses lèvres sont toutes chaudes, même un peu trop. Il me relâche et me dit « je t’aime » dans un murmure puis il me prend dans ses bras et recommence à m’embrasser. Sa langue vient chatouiller la mienne, même Harry n’avait jamais osé car il était beaucoup trop timide. Je ne sais pas combien de temps ça a duré mais c’était les plus beaux moments de ma vie. Quand je rouvre les yeux, il n’est plus là. Je me lève et vais dans la salle de bain, j’ouvre une, deux, trois porte mais ne l’a trouve pas. Enfin j’arrive au bout d’un petit couloir sombre, très sombre. J’ouvre la porte et y découvre un escalier. Je regarde derrière moi, personne je décide de ne pas y aller. Je referme la porte et vais ouvrir la dernière que je n’ai pas encore vue, la salle de bain, enfin. Je me douche, m’habille, me lave les dents…puis je ressors. Je me dirige vers la porte d’entrée, l’ouvre sors et la referme derrière moi. Je ne sais pas si mon petit chalet est loin d’ici. Je commence à marcher et  suis le petit sentier en me disant que je vais dans la bonne direction. Arrivée au bout, rien, je vais donc m’assoir au pied d’un chêne et pense à tout se qui c’est passé aujourd’hui et hier. « Chad m’a sauvée la vie d’un damné qui me cherchait ou de quelque chose comme ça, il m’emmène au chalet puis essaye de me tuer et enfin m’embrasse et me dit qu’il m’aime. Je ne comprends rien »… Un bruit me sort de mes pensés. Un bruit de pas, je me lève et retrousse chemin, je vois le chalet au loin, il doit être à une dizaine de mètres. Les pas sont derrière moi, tout recommence mais cette fois-ci, je sais où aller. Ils avancent plus vite, je commence à marcher plus vite moi aussi, ils courent maintenant et moi aussi. La personne m’attrape la jambe et me fait tomber par terre, il s’approche de moi, c’est un garçon, « N’est pas peur Nora, je suis de ton camp ». C’est un damné, je me relève dès qu’il termine sa phrase et cours vers le chalet. Il court plus vite que moi et me rattrape d’un seul coup. Il me plaque contre le mur du chalet et je vois clairement son visage, il blond-or et ressemble un peu à Chad, sauf que lui à les yeux bleu. Il rapproche son visage du mien mais avant qu’il ne puisse me faire quoi que soit, je lui donne un coup de genou dans le ventre et rentre dans le chalet. Je l’entends me parler dehors, « Ce n’est pas bien Nora, tu n’aurais pas du faire ça, tu m’as mis en colère… ». Je ne sais pas se qui me pousse à faire ça mais je me précipite vers la porte au fond du couloir sombre et descend les escaliers à tout allure quand je me rends compte que je n’ai pas fermé la porte. Je ne sais pas où je me trouve, je prends mon portable, et l’allume. Un peu de lumière n’est pas de refus. La pièce s’éclaire un peu et je distingue une caisse, je me réfugie à l’intérieur, j’éteints mon portable, le fourre dans ma poche et, referme la caisse soigneusement. Je me tais et écoute se qui se passe. Je l’entends descendre les escaliers doucement, j’entends aussi la porte claquer derrière lui. Je suis maintenant seule avec lui dans le noir et je ne sais pas se qui va se passer. Il est près de la boite où je suis enfermée, je remarque qu’il renifle et là…  « Nora, je c’est que tu es là, dit-il avec une voix douce en ouvrant la boite, tu ne peux plus te cacher maintenant ». Je saute de la boite et lui atterrie dessus. Il rigole.

     

    « - Alors Nora, comment ça va ?, dit-il en ricanant.

     

    - Qui êtes-vous ?, dis-je d’un ton furieux et de défie. 

     

    - Je suis comme toi, un damné et tu dois venir avec moi que tu le veuille ou non.

     

    - Et pourquoi ? C’est le démon noir qui t’envoie me chercher ?, dis-je.

     

    - Tu n’es qu’une sale petite ingrate de dire ça. Viens tout de suite, cri-t-il en se levant, me faisant tomber à la renverse.

     

    - Non ! Je ne veux pas venir avec vous !!!

     

    - Tu n’as pas le choix, termine-t-il en me tirant le bras. Dès que je t’aurai planté ça dans le bras, rigole-t-il en me montrant une petite seringue, tu t’endormiras profondément et tu te laisseras faire comme un animal mort. »

     

    Il me plante la seringue dans le bras avant que j’ai pu répliquée quelque chose. Il me met un torchon ou quelque chose comme ça et me l’attache sur la bouche pour que je ne puisse plus parler ou crier pour appeler de l’aide. Il me prend dans ses bras et il remonte les escaliers, il ouvre la porte et avance dans le couloir. Je suis à moitié réveillée, à moitié endormie. Il arrive dans le salon et j’entends des pas arriver.

     

    « - Lâche là maintenant, dit une voix familière derrière le damné et moi.

     

    - Ah, ah, monsieur le sauveur est arrivé ?, dit le damné. Tu es tout seul ? Tes petits amis ne sont pas là pour toi ?

     

    - Lâche là maintenant sinon je te tue Fabio.

     

    - Tu entends Nora, me dit Fabio, il va me tuer. Elle est faite pour vivre avec nous, les damnés et pas pour être avec des pourritures comme vous !, réplique t-il en me posant par terre.

     

    - Elle n’a rien avoir avec ça Fabio alors…

     

    - Tu c’est Nora, coupe Fabio en me parlant mais en regardant toujours Chad, ton petit chouchou à toi est quelqu’un de ma famille, plus exactement mon frère. Tu ne voudrais pas qu’il me tu n’es-ce pas Nora ? Tu es trop gentille pour ça. Et toi Chad, tu m’aimes trop pour me tuer.

     

    - Continue comme ça Fabio et je ferai pire que te tuer pour avoir osé la toucher et lui planté une seringue dans le bras. Maintenant vas t’en. Et ne reviens pas compris ?

     

    - Compris grand frère, mais dis toi bien que la prochaine fois, tu ne la sauveras peut-être pas.

     

    - Vas t’en !, hurle Chad. »

     

    Fabio se dirige vers la porte d’entré et la claque un bon coup puis on entend au loin une explosion lointaine qui doit surement signifier qu’il à été tué par son chef.

     

     

     

    « Nora, Nora, réveille-toi, dit une voix douce et mélancolieuse. »

     

    Je me réveille tout doucement et m’assoie sur le lit de Chad. Je suis en pyjama et j’ai l’impression d’avoir dormie plus d’une semaine.

     

    « - J’ai dormie combien de temps ?, demandai-je à Chad assit à côté de moi sur le lit.

     

    - Que quelques heures, je suis désolé d’être parti si longtemps et de t’avoir laissé seule. Je n’aurai jamais pensé qu’il viendrait. Mais bon, il est mort maintenant alors tu n’as plus rien à craindre.

     

    - Merci… Que c’est-il passé après qu’il soit parti ?

     

    - Je t’ai pris dans mes bras et je t’ai allongée sur mon lit. Tu parles dans ton sommeil, tu le sais ?

     

    - Ah bon ? Je, je ne savais pas. Et, qu’es-que je disais sans être indiscrète ?

     

    - Tu disais que tu n’irais pas avec eux et que tu resterais avec nous et aussi que tu n’étais pas une damnée comme les autres mais autre chose. Après tu le répétais alors je t’ai laissé dormir quelques heures avant de te réveiller car tu commençais à crier « Partez, partez, je ne veux pas de votre aide, je me débrouillerai, je n’ai plus quatre ans ». C’est tout.

     

    - Je ne m’en suis pas rendu compte.

     

    - Tu devais être dans un sommeil très profond parce-que quand j’ai voulu te réveiller tu étais toute blanche et tu ne bougeais plus.

     

    - Oui surement, merci encore d’être venue me sauvée pour la deuxième fois.

     

    - Se n’est rien, se n’est rien, dit-il en m’embrassant. »

     

    Il me sert fort dans les bras, puis s’en va de la chambre en me laissant seule encore une fois mais cette fois-ci en me disant « Je ne pars pas du chalet, je reste dans le salon ».

     

    J’entends la télé de l’autre côté du mur et une porte claquée. «  Ils doivent être rentrés », pensai-je. Je me lève, prend mes affaires qui sont posés sur la commode et m’habille. Je sors ensuite de la chambre et me dirige vers les autres. Je dis bonjour à Noam, Lysias et Symh.

     

    - Ca va Nora ?, me demande Lysias en me regardant. Tu es toute blanche.

     

    - Fabio est venu la voir, mais il est mort, dit-précipitamment Chad en voyant le regard horrifié des trois autres.

     

    - Ma pauvre, me dit Symh. Nous aussi il est venu nous voir quand on a rejoint Chad avec Noam.

     

    - Mais, et Lysias alors ? Il n’est pas venu te voir ?, demandai-je à Lysias en n’entendant pas son nom.

     

    - Oh, si, si, moi aussi il est venu me voir mais…

     

    - Je te le dirai plus tard Nora, coupa Chad, c’est une longue histoire. Bon, qui va chercher les pizzas pour se soir ?

     

    - Je vais y aller avec Lysias, dit Noam. On ne peut pas la laissé seule une seconde.

     

    - Pourq…, commençai-je.

     

    - Je t’expliquerai ma belle, me répondit Chad. A tout à l’heure alors. »

     

    Je rougis et Noam et Lysias sortent du chalet pendant que Symh traverse le couloir puis entre dans sa chambre, je pense et referme la porte derrière lui. Chad me fait signe de m’assoir sur le canapé où je m’assoie et lui de même.

     

    « - Que veux-tu s’avoir ? Une question à la fois, dit-il en me voyant ouvrir la bouche les yeux pétillant.

     

    - … Qu’es-ce qui est arrivé à Lysias avec ton, euh, enfin Fabio ?

     

    - Il l’a attiré dans les ténèbres puis, puis ils l’on, il respire profondément, torturer puis tuer, ensuite elle est revenue en tant que damnée et j’ai réussi à la ramener vers moi.

     

    - Et tout ça s’est passé quand exactement ?, demandai-je curieuse.

     

    - Avant que la guerre n’éclate entre les damnés et nous avec les humains.

     

    - Où est-ai-je ?

     

    - Avec ta grand-mère. C’est elle qui m’a, accueillie les bras ouverts et qui m’a formé en sur-damné.

     

    - Je sais que j’étais avec ma grand-mère, mais pendant la guerre, j’étais où ?

     

    - Tu étais…

     

    - Quoi ?

     

    - Tu n’avais que quatre ans…

     

    - Je suis…morte ?, dis-je en retenant mes larmes.

     

    - ….Oui, par ma faute.

     

    - Je comprends mieux maintenant. Et là guerre, elle c’est passé en quelle année Chad ?

     

    - En 1999. Cette date est très facile à retenir car le frère de Lysias est né cette année là, mais il a été tué pendant celle-ci.

     

    - Lysias était dans votre camp non ?

     

    - Non, pas encore. Elle l’a été quelque année après la guerre enfaite, ont a trouvé ça un peu bizarre quelle vienne, mais après se quelle nous avait fait on ne pouvait que la refusée et pourtant…

     

    - Elle vous a fait quoi ?, demandai-je en l’interrompant.

     

    - Je ne devrais pas te le dire, enfin ça te brusquerais trop.

     

    - Allez je ferai se que tu voudras, s’il te plaît !!, dis-je en faisant les yeux de chat.    

     

    - Non, Nora, je ne voudrais pas te faire de la peine concernant Lysias.

     

    - Dis le moi sinon je m’en vais.

     

    - Tu agie comme une petite gamine, dit Chad en rigolant. Bon, si tu y tiens, il prend une profonde inspiration, prête ?

     

    - Oui, dis-je d’un ton décidée.

     

    - C’est elle qui a tuée ta grand-mère et qui t’a pris pour t’emmenée chez les damnés sauf que tu n’étais pas morte donc tu as reçu un couteau dans le ventre et après ils t’on emmenés dans les ténèbres, puis ils t’on relâchés en jurant qu’ils reviendront te chercher à l’âge de seize ans. »

     

    Je reste bouche-bée. De la colère commence à monté en moi, je ne sais plus quoi dire, elle a tuée ma grand-mère et elle m’a emmenée chez les damnés pour qu’ils me tuent. C’est pitoyable.

     

    - C’est, c’est….argh !, hurlai-je. Je vais là tuée celle-là, je vais la tuée, continuai-je en me levant. »

     

    Chad m’attrape le bras et me tire dans le couloir sombre puis descend dans la cave et allume une lampe. Il m’assoit avec force sur une boîte en bois et reste debout devant moi. Il attend, je commence à me calmer.

     

    « - Je venais ici pour me calmer quand j’étais en colère, dit Chad en rompant le silence. C’est un endroit sombre et tranquille.

     

    -….

     

    - Nora ? Tu es enfin calmée ?

     

    -…. Pourquoi elle a fait ça ?, demandai-je à Chad en levant la tête vers lui les larmes ruisselantes sur mes joues.

     

    - Je ne sais pas, peut-être qu’elle… »

     

    Un cri retenti dans le salon, Chad cours vers les escaliers, les montes, ouvre la porte et cours vers le salon. Je le suis au pas.

     

    Dès que j’arrive dans le salon juste après Chad, je le vois accroupi par terre, il essaye de réanimer quelqu’un. Je m’approche de Chad et regarde la personne qui est allongée. C’est Lily, un filet de sang coule de sa bouche puis, elle devient toute blanche et froide. « Lily !, criai-je. » Chad se lève et m’emmène de force sur le canapé.

     

    « - Lily, Lily !!!!! Non !!!!!!, continuai-je en pleurant.

     

    - Nora calme toi, Nora, Nora !, continu Chad en me retenant. »

     

    Je le pousse sur le canapé et vais vers Lily. Je l’a regarde les yeux fixée sur elle. Elle à des griffures sur les bras, « Elle a du souffrir, dis-je à voix basse ». Chad s’avance vers moi et la porte d’entrée s’ouvre à la volé. Des garçons entrent dans le salon, je ne les connais. Ils ont tous une marque sur le dessus de la main, ça représente un cercle avec à l’intérieur une flamme. Chad me crie d’aller me réfugiée mais je suis tellement absorbée par les nouveaux arrivant que je ne l’entends même pas. Ils sont habillés tout en blanc et noir.

     

    «  Saisissez-là !!, cri un homme qui se trouve à l’arrière du groupe. »

     

    Des personnes au visage noirci se dirigent vers moi. Je me lève et cours vers la cave, j’entre et referme la porte, je descends à toute vitesse l’escalier, allume mon portable, comme la dernière fois, et avance rapidement dans les profondeurs de la cave sombre.

     

     

     

     

    Chapitre 4 

     

     

     

    « Nora, Nora, ont arrivent, nous ne sommes pas loin ».

     

    Je me réveille avec cette maudite phrase dans la tête. Je reste allongée un moment puis me lève doucement. Je vais vers la porte de Chad et l’entrouvre. Il n’y a personne dans la pièce. Je la referme et retourne sur le canapé. Chad y est. Je vais m’assoir à côté de lui.

     

    « - Bonjour Nora, dit-il d’une voix mielleuse. Bien dormi ?

     

    - Oui et toi ?, dis-je.

     

    - Oui, enfin, je pense que ça pourrait aller mieux mais bon, répond-t-il en hochant la tête. Je t’ai senti hier soir, quand tu m’as allongée sur le lit, je l’ai senti.

     

    - Je…euh, je ne…, dis-je gênée.

     

    - Ce n’est pas grave, il était réconfortant, merci et pas besoin de rougir Nora, ce n’est rien, dit-il en passant son bras derrière mon cou.

     

    - Tu vas encore essayer de me tuer ?, demandai-je timidement en regardant sa main pendouiller sur mon épaule.

     

    - Non je ne veux pas, enfin plus maintenant tes paroles hier soir mon été très utiles, je dois l’avouer mais, dit toi bien que tu ne me verras plus jamais comme ça. A te regarder tu me rappelle vraiment quand tu n’étais encore qu’une enfant de quatre ans. Ne rougie pas, c’est la vérité.

     

    - …J’ai une question à te poser.

     

    - Vas-y, je t’écoute.

     

    - Pourquoi il y avait ta photo dans ma chambre au chalet ?

     

    - Ta grand-mère voulait que tu me reconnaisses. Alors, je pense qu’elle a du la poser là en pensant que tu la regarderais avec attention.

     

    - Ah, si tu le dis. Et c’est toi qui m’as emmenée dans votre chalet ? C’est toi qui m’as sauvée la vie ou alors c’était toi qui me traquait.

     

    - Je te traquais, puis j’ai senti quelqu’un qui se rapprochait de nous au dehors alors je t’ai parlé en sachant que tu allais t’évanouir ou quelque chose dans se genre là et je t’ai emmené au chalet. La personne qui était dehors n’était pas un humain, je l’ai senti, cette personne te cherchait surement et c’était un garçon, un damné peut-être, je ne sais pas. Nora, maintenant c’est à moi de te poser une question, aimes-tu quelqu’un ?

     

    - C’est une question embarrassante, enfin je trouve, car je dois te rappeler que tu as essayé de me tuer hier soir mais si tu insiste, dis-je en le voyant froncé les sourcils, … oui j’aime quelqu’un… et toi ?

     

    - Oui et je voudrai être franc avec toi Nora, alors qui aimes-tu ?

     

    - Je, euh, je… Mais pourquoi tu me poses cette question !! C’est plus qu’embarrassant maintenant !! Je ne te connais même pas…

     

    - Parce-que moi, c’est toi que j’aime Nora, je sais que tu ne dois pas beaucoup m’aimer car j’ai voulu te tuer mais je tenais à te le dire car je pense que c’est important. Quand tu étais petite j’ai du t’abandonner et je ne me le pardonnerai jamais, susurre-il en baissant la tête.

     

    - ….Oui, c’est, c’est vrai je crois m’en rappeler maintenant et c’est pour ça que tu me disais quelque chose, mais…pense-tu vraiment que c’est une bonne chose de m’aimer car je suis une damné et toi tu es, un, un…

     

    - Un sur-damné, oui je sais, mais je pense que l’amour n’à rien avoir avec ça, alors ? Qui aimes-tu Nora ?

     

    - C’est beaucoup trop embarrassant de dire à un garçon qui on aime !! Mais, on est que tout les deux n’es-ce pas ?

     

    - Oui, les autres sont partis dehors.

     

    - C’est, c’est, dis-je en soupirant, c’est toi. »

     

    Chad sourit puis il me prend la joue et m’embrasse. Il a le goût de menthe fraîche. Ses lèvres sont toutes chaudes, même un peu trop. Il me relâche et me dit « je t’aime » dans un murmure puis il me prend dans ses bras et recommence à m’embrasser. Sa langue vient chatouiller la mienne, même Harry n’avait jamais osé car il était beaucoup trop timide. Je ne sais pas combien de temps ça a duré mais c’était les plus beaux moments de ma vie. Quand je rouvre les yeux, il n’est plus là. Je me lève et vais dans la salle de bain, j’ouvre une, deux, trois porte mais ne l’a trouve pas. Enfin j’arrive au bout d’un petit couloir sombre, très sombre. J’ouvre la porte et y découvre un escalier. Je regarde derrière moi, personne je décide de ne pas y aller. Je referme la porte et vais ouvrir la dernière que je n’ai pas encore vue, la salle de bain, enfin. Je me douche, m’habille, me lave les dents…puis je ressors. Je me dirige vers la porte d’entrée, l’ouvre sors et la referme derrière moi. Je ne sais pas si mon petit chalet est loin d’ici. Je commence à marcher et  suis le petit sentier en me disant que je vais dans la bonne direction. Arrivée au bout, rien, je vais donc m’assoir au pied d’un chêne et pense à tout se qui c’est passé aujourd’hui et hier. « Chad m’a sauvée la vie d’un damné qui me cherchait ou de quelque chose comme ça, il m’emmène au chalet puis essaye de me tuer et enfin m’embrasse et me dit qu’il m’aime. Je ne comprends rien »… Un bruit me sort de mes pensés. Un bruit de pas, je me lève et retrousse chemin, je vois le chalet au loin, il doit être à une dizaine de mètres. Les pas sont derrière moi, tout recommence mais cette fois-ci, je sais où aller. Ils avancent plus vite, je commence à marcher plus vite moi aussi, ils courent maintenant et moi aussi. La personne m’attrape la jambe et me fait tomber par terre, il s’approche de moi, c’est un garçon, « N’est pas peur Nora, je suis de ton camp ». C’est un damné, je me relève dès qu’il termine sa phrase et cours vers le chalet. Il court plus vite que moi et me rattrape d’un seul coup. Il me plaque contre le mur du chalet et je vois clairement son visage, il blond-or et ressemble un peu à Chad, sauf que lui à les yeux bleu. Il rapproche son visage du mien mais avant qu’il ne puisse me faire quoi que soit, je lui donne un coup de genou dans le ventre et rentre dans le chalet. Je l’entends me parler dehors, « Ce n’est pas bien Nora, tu n’aurais pas du faire ça, tu m’as mis en colère… ». Je ne sais pas se qui me pousse à faire ça mais je me précipite vers la porte au fond du couloir sombre et descend les escaliers à tout allure quand je me rends compte que je n’ai pas fermé la porte. Je ne sais pas où je me trouve, je prends mon portable, et l’allume. Un peu de lumière n’est pas de refus. La pièce s’éclaire un peu et je distingue une caisse, je me réfugie à l’intérieur, j’éteints mon portable, le fourre dans ma poche et, referme la caisse soigneusement. Je me tais et écoute se qui se passe. Je l’entends descendre les escaliers doucement, j’entends aussi la porte claquer derrière lui. Je suis maintenant seule avec lui dans le noir et je ne sais pas se qui va se passer. Il est près de la boite où je suis enfermée, je remarque qu’il renifle et là…  « Nora, je c’est que tu es là, dit-il avec une voix douce en ouvrant la boite, tu ne peux plus te cacher maintenant ». Je saute de la boite et lui atterrie dessus. Il rigole.

     

    « - Alors Nora, comment ça va ?, dit-il en ricanant.

     

    - Qui êtes-vous ?, dis-je d’un ton furieux et de défie. 

     

    - Je suis comme toi, un damné et tu dois venir avec moi que tu le veuille ou non.

     

    - Et pourquoi ? C’est le démon noir qui t’envoie me chercher ?, dis-je.

     

    - Tu n’es qu’une sale petite ingrate de dire ça. Viens tout de suite, cri-t-il en se levant, me faisant tomber à la renverse.

     

    - Non ! Je ne veux pas venir avec vous !!!

     

    - Tu n’as pas le choix, termine-t-il en me tirant le bras. Dès que je t’aurai planté ça dans le bras, rigole-t-il en me montrant une petite seringue, tu t’endormiras profondément et tu te laisseras faire comme un animal mort. »

     

    Il me plante la seringue dans le bras avant que j’ai pu répliquée quelque chose. Il me met un torchon ou quelque chose comme ça et me l’attache sur la bouche pour que je ne puisse plus parler ou crier pour appeler de l’aide. Il me prend dans ses bras et il remonte les escaliers, il ouvre la porte et avance dans le couloir. Je suis à moitié réveillée, à moitié endormie. Il arrive dans le salon et j’entends des pas arriver.

     

    « - Lâche là maintenant, dit une voix familière derrière le damné et moi.

     

    - Ah, ah, monsieur le sauveur est arrivé ?, dit le damné. Tu es tout seul ? Tes petits amis ne sont pas là pour toi ?

     

    - Lâche là maintenant sinon je te tue Fabio.

     

    - Tu entends Nora, me dit Fabio, il va me tuer. Elle est faite pour vivre avec nous, les damnés et pas pour être avec des pourritures comme vous !, réplique t-il en me posant par terre.

     

    - Elle n’a rien avoir avec ça Fabio alors…

     

    - Tu c’est Nora, coupe Fabio en me parlant mais en regardant toujours Chad, ton petit chouchou à toi est quelqu’un de ma famille, plus exactement mon frère. Tu ne voudrais pas qu’il me tu n’es-ce pas Nora ? Tu es trop gentille pour ça. Et toi Chad, tu m’aimes trop pour me tuer.

     

    - Continue comme ça Fabio et je ferai pire que te tuer pour avoir osé la toucher et lui planté une seringue dans le bras. Maintenant vas t’en. Et ne reviens pas compris ?

     

    - Compris grand frère, mais dis toi bien que la prochaine fois, tu ne la sauveras peut-être pas.

     

    - Vas t’en !, hurle Chad. »

     

    Fabio se dirige vers la porte d’entré et la claque un bon coup puis on entend au loin une explosion lointaine qui doit surement signifier qu’il à été tué par son chef.

     

     

     

    « Nora, Nora, réveille-toi, dit une voix douce et mélancolieuse. »

     

    Je me réveille tout doucement et m’assoie sur le lit de Chad. Je suis en pyjama et j’ai l’impression d’avoir dormie plus d’une semaine.

     

    « - J’ai dormie combien de temps ?, demandai-je à Chad assit à côté de moi sur le lit.

     

    - Que quelques heures, je suis désolé d’être parti si longtemps et de t’avoir laissé seule. Je n’aurai jamais pensé qu’il viendrait. Mais bon, il est mort maintenant alors tu n’as plus rien à craindre.

     

    - Merci… Que c’est-il passé après qu’il soit parti ?

     

    - Je t’ai pris dans mes bras et je t’ai allongée sur mon lit. Tu parles dans ton sommeil, tu le sais ?

     

    - Ah bon ? Je, je ne savais pas. Et, qu’es-que je disais sans être indiscrète ?

     

    - Tu disais que tu n’irais pas avec eux et que tu resterais avec nous et aussi que tu n’étais pas une damnée comme les autres mais autre chose. Après tu le répétais alors je t’ai laissé dormir quelques heures avant de te réveiller car tu commençais à crier « Partez, partez, je ne veux pas de votre aide, je me débrouillerai, je n’ai plus quatre ans ». C’est tout.

     

    - Je ne m’en suis pas rendu compte.

     

    - Tu devais être dans un sommeil très profond parce-que quand j’ai voulu te réveiller tu étais toute blanche et tu ne bougeais plus.

     

    - Oui surement, merci encore d’être venue me sauvée pour la deuxième fois.

     

    - Se n’est rien, se n’est rien, dit-il en m’embrassant. »

     

    Il me sert fort dans les bras, puis s’en va de la chambre en me laissant seule encore une fois mais cette fois-ci en me disant « Je ne pars pas du chalet, je reste dans le salon ».

     

    J’entends la télé de l’autre côté du mur et une porte claquée. «  Ils doivent être rentrés », pensai-je. Je me lève, prend mes affaires qui sont posés sur la commode et m’habille. Je sors ensuite de la chambre et me dirige vers les autres. Je dis bonjour à Noam, Lysias et Symh.

     

    - Ca va Nora ?, me demande Lysias en me regardant. Tu es toute blanche.

     

    - Fabio est venu la voir, mais il est mort, dit-précipitamment Chad en voyant le regard horrifié des trois autres.

     

    - Ma pauvre, me dit Symh. Nous aussi il est venu nous voir quand on a rejoint Chad avec Noam.

     

    - Mais, et Lysias alors ? Il n’est pas venu te voir ?, demandai-je à Lysias en n’entendant pas son nom.

     

    - Oh, si, si, moi aussi il est venu me voir mais…

     

    - Je te le dirai plus tard Nora, coupa Chad, c’est une longue histoire. Bon, qui va chercher les pizzas pour se soir ?

     

    - Je vais y aller avec Lysias, dit Noam. On ne peut pas la laissé seule une seconde.

     

    - Pourq…, commençai-je.

     

    - Je t’expliquerai ma belle, me répondit Chad. A tout à l’heure alors. »

     

    Je rougis et Noam et Lysias sortent du chalet pendant que Symh traverse le couloir puis entre dans sa chambre, je pense et referme la porte derrière lui. Chad me fait signe de m’assoir sur le canapé où je m’assoie et lui de même.

     

    « - Que veux-tu s’avoir ? Une question à la fois, dit-il en me voyant ouvrir la bouche les yeux pétillant.

     

    - … Qu’es-ce qui est arrivé à Lysias avec ton, euh, enfin Fabio ?

     

    - Il l’a attiré dans les ténèbres puis, puis ils l’on, il respire profondément, torturer puis tuer, ensuite elle est revenue en tant que damnée et j’ai réussi à la ramener vers moi.

     

    - Et tout ça s’est passé quand exactement ?, demandai-je curieuse.

     

    - Avant que la guerre n’éclate entre les damnés et nous avec les humains.

     

    - Où est-ai-je ?

     

    - Avec ta grand-mère. C’est elle qui m’a, accueillie les bras ouverts et qui m’a formé en sur-damné.

     

    - Je sais que j’étais avec ma grand-mère, mais pendant la guerre, j’étais où ?

     

    - Tu étais…

     

    - Quoi ?

     

    - Tu n’avais que quatre ans…

     

    - Je suis…morte ?, dis-je en retenant mes larmes.

     

    - ….Oui, par ma faute.

     

    - Je comprends mieux maintenant. Et là guerre, elle c’est passé en quelle année Chad ?

     

    - En 1999. Cette date est très facile à retenir car le frère de Lysias est né cette année là, mais il a été tué pendant celle-ci.

     

    - Lysias était dans votre camp non ?

     

    - Non, pas encore. Elle l’a été quelque année après la guerre enfaite, ont a trouvé ça un peu bizarre quelle vienne, mais après se quelle nous avait fait on ne pouvait que la refusée et pourtant…

     

    - Elle vous a fait quoi ?, demandai-je en l’interrompant.

     

    - Je ne devrais pas te le dire, enfin ça te brusquerais trop.

     

    - Allez je ferai se que tu voudras, s’il te plaît !!, dis-je en faisant les yeux de chat.    

     

    - Non, Nora, je ne voudrais pas te faire de la peine concernant Lysias.

     

    - Dis le moi sinon je m’en vais.

     

    - Tu agie comme une petite gamine, dit Chad en rigolant. Bon, si tu y tiens, il prend une profonde inspiration, prête ?

     

    - Oui, dis-je d’un ton décidée.

     

    - C’est elle qui a tuée ta grand-mère et qui t’a pris pour t’emmenée chez les damnés sauf que tu n’étais pas morte donc tu as reçu un couteau dans le ventre et après ils t’on emmenés dans les ténèbres, puis ils t’on relâchés en jurant qu’ils reviendront te chercher à l’âge de seize ans. »

     

    Je reste bouche-bée. De la colère commence à monté en moi, je ne sais plus quoi dire, elle a tuée ma grand-mère et elle m’a emmenée chez les damnés pour qu’ils me tuent. C’est pitoyable.

     

    - C’est, c’est….argh !, hurlai-je. Je vais là tuée celle-là, je vais la tuée, continuai-je en me levant. »

     

    Chad m’attrape le bras et me tire dans le couloir sombre puis descend dans la cave et allume une lampe. Il m’assoit avec force sur une boîte en bois et reste debout devant moi. Il attend, je commence à me calmer.

     

    « - Je venais ici pour me calmer quand j’étais en colère, dit Chad en rompant le silence. C’est un endroit sombre et tranquille.

     

    -….

     

    - Nora ? Tu es enfin calmée ?

     

    -…. Pourquoi elle a fait ça ?, demandai-je à Chad en levant la tête vers lui les larmes ruisselantes sur mes joues.

     

    - Je ne sais pas, peut-être qu’elle… »

     

    Un cri retenti dans le salon, Chad cours vers les escaliers, les montes, ouvre la porte et cours vers le salon. Je le suis au pas.

     

    Dès que j’arrive dans le salon juste après Chad, je le vois accroupi par terre, il essaye de réanimer quelqu’un. Je m’approche de Chad et regarde la personne qui est allongée. C’est Lily, un filet de sang coule de sa bouche puis, elle devient toute blanche et froide. « Lily !, criai-je. » Chad se lève et m’emmène de force sur le canapé.

     

    « - Lily, Lily !!!!! Non !!!!!!, continuai-je en pleurant.

     

    - Nora calme toi, Nora, Nora !, continu Chad en me retenant. »

     

    Je le pousse sur le canapé et vais vers Lily. Je l’a regarde les yeux fixée sur elle. Elle à des griffures sur les bras, « Elle a du souffrir, dis-je à voix basse ». Chad s’avance vers moi et la porte d’entrée s’ouvre à la volé. Des garçons entrent dans le salon, je ne les connais. Ils ont tous une marque sur le dessus de la main, ça représente un cercle avec à l’intérieur une flamme. Chad me crie d’aller me réfugiée mais je suis tellement absorbée par les nouveaux arrivant que je ne l’entends même pas. Ils sont habillés tout en blanc et noir.

     

    «  Saisissez-là !!, cri un homme qui se trouve à l’arrière du groupe. »

     

    Des personnes au visage noirci se dirigent vers moi. Je me lève et cours vers la cave, j’entre et referme la porte, je descends à toute vitesse l’escalier, allume mon portable, comme la dernière fois, et avance rapidement dans les profondeurs de la cave sombre.

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :