•  

    Chapitre 8 

     

     

     

    J’ai mal partout, au dos, aux bras, aux jambes. Je suis… VIVANTE ? Je me réveille en sursaut. Je suis allongée sur lit d’hôpital, enfin à se que je vois. Je me lève un peu, et regarde autour de moi. Il n’y a personne à part un autre corps à côté de moi sur un autre lit. Je me penche un peu plus pour voir qui c’est mais une infermière arrive et me repousse contre le lit.

     

    « - Qui es-ce ?, lui demandai-je en désignant le deuxième lit.

     

    - Nous ne pouvons pas vous le dire mademoiselle.

     

    - Dites-le-moi, je vous en prie. 

     

    - Il s’appelle, hum, dit-elle en chercher dans son agenda. Alex, oui c’est ça Alex.

     

    - Que, quoi ? Vous n’avez pas trouvé quelqu’un d’autre ? Un autre corps ? Un garçon !! Il s’appelle Chad Marvelo, s’il vous plaît !!

     

    - Madame, votre tension monte très vite, s’écrie telle. Docteur !! Venez vite, elle s’est réveillée mais souffre d’un traumatisme je crois. Elle n’arrête pas de dire que quelqu’un d’autre se trouvait dans le chalet hier soir. Elle rêve ?

     

    - Elle doit surement être encore un peu endormie, je vais lui refaire une piqure, vous savez Jenna, restez seule dans le froid, une nuit entière, se n’est pas bon pour une si jeune fille. Elle doit surement se reposer encore un peu.

     

    - Mais non !!, hurlai-je en le voyant s’approcher de moi avec la grosse aiguille. Trouver le, pitié !!! Retrouver le…, soufflai-je après l’avoir reçu. »

     

    Je sombre une nouvelle fois dans un sommeil très profond. Où es-tu Chad, où es-tu…

     

    « Aide-moi… ». Je sursaute sans me réveillée, je suis dans un rêve.

     

    « - Qui est là, chuchotai-je.

     

    - C’est moi, Nora, tu m’entends ?

     

    - Qui-es-ce  ?, demandai-je toujours en chuchotant.

     

    - Nora, c’est moi, Chad, je suis là. Je suis dans ton rêve pour te prévenir, ils m’ont eu, va t-en d’ici tout de suite, sinon ils t’auront aussi.

     

    - Chad ?, soufflai-je. Tu es mort ?

     

    - Non, toujours en vie mais fais vite, va t-en et ne reviens pas.

     

    - Où es-tu ?

     

    - Dans un endroit sombre, je ne vois rien, je pense que c’est dans une grotte…Je dois te laissé, il arrive. Je t’aime et sauve toi vite de là.

     

    - Chad !!, criai-je en me réveillant. Je dois partir d’ici. »

     

    Je me lève, je suis toujours avec mon jeggins, et mon tee-shirt à drapeau. Je mets mes vans noir aux pieds, et m’avance vers la porte. J’entends quelqu’un ricaner derrière mon dos. Je me retourne, Alex est assis sur son lit en train de me regarder.

     

    « - Tu n’y arriveras pas, ils ont tout bloqués, j’ai déjà essayé.

     

    - Aide-moi. Je dois sortir de là, s’il te plaît.

     

    - Je vais t’aider mais à une condition.

     

    -…, laquelle ?

     

    - Sauves-nous tous.

     

    - Je vais essayer. »

     

    Alex se lève du lit et ouvre la fenêtre qui est à ma gauche. « Par ici, il n’y a personne. » Il traverse la fenêtre tout doucement et je le suis. Nous sommes dans la forêt, toujours dans celle là, ce n’est pas possible, jusqu’où va-t-elle me suivre. Nous commençons à marcher quand des bruits de pas derrière nous se font entendre. « Ne bouge plus », dit Alex. Je ne bouge plus d’un pouce, les bruits de pas s’en vont vers l’opposé de notre direction. Nous recommençons alors à marcher. Il avance drôlement vite pour un gars si découragé. Nous arrivons devant un chalet, le miens, enfin, c’était le mien il y a quelques heure. Il donne un énorme coup de pied dans la porte et elle se fracasse contre le sol. J’avale ma salive et avance dans la pièce sombre.

     

    Alex allume la lumière.

     

    « - Tu c’est où est Chad, me demande t-il après s’être servi un verre d’eau.

     

    - Comment le sais-tu ?

     

    - Tu ne te serais jamais levée de ton lit en forme si tu ne savais pas quelque chose.

     

    - Il est dans une grotte, je crois savoir laquelle mais elle est à l’autre chalet, tu penses pouvoir y aller ?

     

    - Tu crois que je suis faible ou quoi ! »

     

    Il me tend la main et me fais grimper sur son dos. «  On ira plus vite comme ça ». Il sort de la pièce et cours comme un fou dans la forêt en direction du deuxième chalet. Je regarde droit devant moi pour essayer de le distinguer mais rien, je ne le vois pas. Il continu d’avancer, nous nous enfonçons dans la forêt petit à petit. J’aperçois enfin quelque chose au loin, il est là, le chalet apparaît dans toute sa splendeur. Il s’arrête devant la porte et me fait descendre. J’ouvre la porte avec une épingle qui était dans mes cheveux. Clic !! Elle s’ouvre, nous entrons. Il allume la lumière. Je me dirige vers la porte de Chad, elle est déjà ouverte en grande.

     

    « - C’est bizarre, dis-je à voix basse.

     

    - Pourquoi ?, me répond Alex.

     

    - Sa porte est toujours fermée à clé et encore, il faut la trouver cette coquine. Je ne comprends pas.

     

    - Ils sont surement venus ici pour le chercher.

     

    - Au non, Chad ! »

     

    J’entre dans sa chambre, ils ont du le chercher car il y a les meubles qui sont renversés, le lit qui est retourné, les posters déchiquetés. Je me baisse et rampe en dessous du lit, comme la dernière fois. Alex me suis sans dire un mot. Je descends le petit escalier et regarde la longue descente bossue. Je me jette alors dans le vide et descend le plus vite possible cet espèce de toboggan mortel. Je me cogne une nouvelle fois contre quelque chose de dur. Il se brise et me laisse continuer ma longue chute. J’arrive en bas doucement. Je me lève, avance et regarde autour de moi.  Je ferme les yeux et me remémore la scène avec Chad : Ne me quitte jamais Chad… Tu es tout pour moi Nora, je suis si heureux d’être avec toi. Ses lèvres sur moi me réchauffent le cœur, rien que d’y penser, je suis heureuse. Alex arrive derrière moi et regarde autour de lui.

     

    « - Ils ne sont pas là, dit-il.

     

    - Je sens quand même sa présence avec moi, il est quelque part, je le sens dans mon cœur, il me le dit.

     

    - Ah, si tu l’dis, en tout qu’à, moi j’te dis, il n’est pas là. Tu t’es trompée Nora.

     

    - Non, ce n’est pas possible, dis-je doucement. Il est là, Chad, dis-moi où tu es. »

     

    Je mets mes mains sur ma figure et me concentre. « Pas…ici…Nora…là…bas…autre…côté…ils m’ont eu ». Je reste debout, non, ils ne t’ont pas eu, non.

     

    « - Non !!, hurlai-je en pleurant.

     

    - Que se passe t-il ici ?, cri une voix au loin.

     

    - Nora, on y va, viens.

     

    - Non, si on reste, ils nous emmènerons jusqu’à Chad !!, chuchotai-je.

     

    - Bah, moi, je m’en vais. »

     

    Alex se lève et fait demi-tour, il part se cacher derrière une grosse pierre. Je me lève à mon tour et commence à avancer vers la grosse voix, je tremble de partout. Je me retrouve alors devant une grosse brute toute déchaînée. J’entrouvre la bouche mais avant que je ne puisse crier, il me prend dans l’une de ses mains, me soulève du sol, se retourne et marche vers une pièce encore inconnu. Il arrive devant MON PERE et me pose à ses pieds. Il me fait agenouiller par terre et me fais maintenir cette position.

     

    « - Nora, très chère fille. Comme il est bon de te revoir enfin parmi nous, tu peux la laisser se relever Gradus, dit-il ensuite à la grosse brute.

     

    - Où est Chad ?, dis-je en me relevant difficilement.

     

    - Toujours la même question à tes lèvres, où est Chad, où est Chad, où est Chad. Eh bah il est là, répond t-il en montrant une personne enchaîner à un mur derrière moi. Il n’est pas mort, nous l’avons juste surpris en train de te communiquer par penser. Donc, il est enchaîné.

     

    - Relâche-le. Pour moi…

     

    - Hum, non. Tu vois, je ne te fais plus confiance depuis longtemps donc, non, je ne le détacherais pas.

     

    - Que vas-tu me faire ?

     

    - Je ne sais pas, peut-être te torturer un peu beaucoup et un si de suite.

     

    - Tu ne ferais pas ça ?, dis-je en commençant à reculer.

     

    - Tu n’aurais pas du venir le sauver, Gradus, enferme-là avec se, cette saleté !! »

     

    Gradus me prend dans sa main et marche vers une gigantesque cage, enfin grande en hauteur mais en largeur, elle ne l’est pas. Il me pose dedans et se dirige vers Chad, il le prend par la taille, s’avance vers moi et le jette fortement dedans.

     

    « Chad !! »

     

    Je le prends dans mes bras et allonge sa tête sur moi. Il ouvre tout doucement les yeux et me regarde. Je lui souris.

     

    « - Tout va bien ?, lui chuchotai-je.

     

    -…, oui, souffle t-il.

     

    - On va sortir de là, promis.

     

    - Tu m’as déjà promis des tonnes de choses et comme tu vois, nous en sommes là maintenant.

     

    - Je, je suis désolée.

     

    - Je, dit-il en s’asseyant, je rigolais. Ce n’ai pas de ta faute. J’ai juste, trouvé le moyen de faire souffrir ton, ton…

     

    - Père, lequel ?

     

    - Il me déteste et il n’aime pas nous voir, collés ensemble donc, j’ai trouvé le moyen de la détruire intérieurement.

     

    - Alex avait raison alors, ce n’ai pas moi qu’il veut, se sera mon enfant, il n’y a plus de femme damnée à par moi, si ils veulent continuer d’exister, il n’y a que moi qui puisse le faire.

     

    - Tu ne veux quand même pas…

     

    - Non mais, pourquoi ne t’a-t-il pas tué ?

     

    - Je ne sais pas.

     

    - Il savait que j’étais la seule fille restante et qu’il faudrait quelqu’un pour le succéder. Donc, il nous a gardés en vie pour ensuite…

     

    - Vous tués quand tu auras un fils, termine se monstre de père. Tu as entièrement raison. »

     

    Je me retourne et Chad aussi, Nous le regardons droit dans les yeux.

     

    « - Sale démon !!, cri Chad.

     

    - Tu te traite toi-même crétin. Je m’appelle Skateur si tu veux savoir. Bon alors en faite je t’explique ma très chère fille. Il me suffit juste d’un peu de ton sang pour pouvoir rester en vie assez longtemps jusqu’à se que tu meures. Une fois morte, je pourrais rester en vie pour l’éternité. Et avec ton sang, je créerai un homme, qui sera, ton fils, et il régnera quand je mourrai.  

     

    - Sa ne marchera pas !!, m’écriai-je. Tu n’auras jamais mon sang !

     

    - Gradus, sors monsieur le charmeur de là. »

     

    Cette énorme brute saisit Chad de la cage, et le lui apporte. Skateur sort un couteau fin mais très pointu et le pointe sur le cou de Chad.

     

    «- Non !!! Non, non, je t’en prie, non… », priai-je.

     

    - Tu sais, si je lui prends son sang je me demande comment tu réagiras.

     

    - Très mal, si tu veux mon avis espèce de sale monstre !!

     

    - Tu le prends comme ça, dit-il en enfonçant le couteau dans sa chair.

     

    - Non !! Ne le tut  pas, non…

     

    - Trop tard.

     

    - Non !!, cri ALEX en courant vers Skateur et Chad. Je ne te laisserai pas tué mon frère aussi facilement.

     

    - Argh !! »

     

    Alex saute sur Skateur et lui arrache le couteau des mains. Chad tombe par terre mais arrive à amortir sa chute. Il court vers moi et me libère de cette cage. Je tourne la tête et vois Skateur sur Alex, il met le couteau en l’air et…il poignarde quatre fois sa poitrine. Le sang coule doucement sur sa main. Skateur se relève, s’approche de moi et me prend le bras, Chad se rut sur lui et lui écrase le nez à coup de coude. Il tombe à terre et gémit fortement. Je cours vers Alex, il est mort, le sang coule sur mes doigts, je les regardent et aperçois près de moi le couteau fin. Je le prends et me dirige vers Skateur. Il se bat avec Chad à mains nues. Je vais derrière cette horreur et lui plante profondément la lame du couteau dans le dos. Il pousse un long cri et se retourne pour essayer de m’étrangler. Chad reprend le couteau de son dos et lui plante à l’arrière de la tête puis il s’effondre devant Chad et moi. Nous nous regardons, Chad me prend dans ses bras et me caresse les cheveux. Je sens son cœur battre très fort. Je me retourne ensuite et marche vers le corps d’Alex. Chad se met à genou devant lui et je remarque une larme coulée sur sa joue.

     

    « - Ca va ?, demandai-je.

     

    - Beaucoup mieux que quand j’étais attaché au mur.

     

    - Je suis désolé pour ton frère.

     

    - Je pense qu’il valait mieux que ça se termine comme ça. S’il ne l’avait pas tué, qui c’est se qui se serait passé.

     

    -Je comprends, dis-je en laissant tout de même une larme coulée aussi.

     

    - Ne pleure pas Nora, il a eu se qu’il méritait. Et puis pour ton père,…, je suis désolé.

     

    - Tu n’as pas à l’être, c’est bien se qu’il méritait aussi non ?, dis-je en souriant les larmes aux yeux.

     

    - Tu me fais pitié, dit-il en rigolant et en me prenant dans ses bras. Tu es drôlement courageuse pour une fille qui vient de perdre son père.

     

    - Ca ne l’était pas vraiment. Que fait-on maintenant ?

     

    - Tu vas rentrer à l’internat et je t’accompagne, dit-il en me souriant, et tu vas aller te reposer dans le calme d’accord ? Tu as bien besoins d’une bonne nuit de sommeil non !!

     

    - Oui, nous l’avons mérités tout les deux, tu pourras rester ?

     

    - J’ai quelque chose d’autre à faire mais je te rejoindrais aussi vite que je ne le suis parti. Aller viens, ne perds pas de temps j’ai un mauvais pressentiment. »

     

    Je le suis sans parler, moi aussi j’en ai un, je ne sais pas pourquoi mais je sens que cette nuit ne sera peut être pas de tout repos. Nous marchons dans l’herbe fraîche et j’aperçois la fenêtre de ma chambre au loin. Je remarque que Chad marche vraiment vite par rapport à d’habitude. Nous arrivons enfin devant les portes, nous entrons.

     

    « - Qui-es-ce ?, me demande la réceptionniste en louchant sur Chad.

     

    - C’est, dis-je en là regardant faire, mon copain.

     

    - Il n’a pas le droit d’entrer ici Nora, c’est le règlement et tu le sais.

     

    - Madame, dit Chad d’un coup, vous pouvez nous faire une petite faveur ?

     

    - Mais bien sûr, si c’est pour vous, comment vous appelez vous ?

     

    - Chad Marvelo, pourquoi ?

     

    - J’ai besoin d’une signature. Merci »

     

    Chad signe la feuille et nous repartons vers ma chambre, je ne parle toujours pas. Il m’ouvre la porte, et nous entrons. Je m’assois sur mon lit. Il commence à repartir quand…

     

    - Chad…, dis-je.

     

    - Oui ?

     

    - Tu vas faire quoi ?

     

    - Enlever les corps et les brûler.

     

    - Tu es…barbare !!, m’écriai-je.

     

    - Pas autant que eux, à tout à l’heure, et appelle moi s’il y a un problème surtout.

     

    - Ne t’inquiète pas pour moi, je serai me débrouillée toute seule, aller, à toute à l’heure. »

     

    Chad sort de la pièce et me laisse seule, enfermée. Je regarde autour de moi, je me sens mal, comme si quelque chose n’était pas à sa place. Je sens comme une onde négative dans la pièce mais rien. Je vais prendre mon pyjama dans une des commodes, et me dirige vers les douches qui se trouvent à l’extérieur de ma chambre. Le couloir est encore illuminé, je croise quelque élèves mais eux ne prêtes aucune attention à moi et tant mieux. J’arrive devant l’une des portes des douches et l’ouvre. J’entre et la referme derrière moi, je pose mes affaires sur un petit meuble à côté de moi et me déshabille. J’entre dans la douche et allume le jet. L’eau chaude coule sur mes cheveux puis sur mes épaules, elle retombe après par terre, à mes pieds. Je me lave et me rince. Je sors de là et me sèche les cheveux et le corps. Je mets mon pyjama et retourne dans ma chambre, je m’allonge sur mon lit, ferme les yeux et pense à la vie que j’aurai pu mener, comme tous les autres lycéens. Je me vois courir dans l’herbe en train de rigoler avec Lily, Chad, Noam, Symh et Lysias. Nous faisons des gages et bien sur, tous tombent sur moi, comme d’habitude. Je me sens heureuse, j’aimerai ne jamais me réveiller. Avoir une vie comme tous le monde, qu’es ce que se serai bien… J’ouvre les yeux, il n’y a personne dans la pièce. J’entends de la musique, la fête !! Je l’avais complètement oubliée. Je me lève et regarde l’heure, 21h 03, j’ai encore le temps. Je sors la robe que je portais quelques heures auparavant. Je l’enfile et mets des escarpins noirs que je trouve dans des placards. Je me regarde dans le miroir. Je me détache les cheveux, ils sont tous lisses. Je sors de ma chambre, descends les escaliers et entre dans la salle où se déroule la fête. La musique bat à son plein. Je vais sur la piste de danse et commence à danser. Je regarde les étudiants, je ne les connais pas. Je me laisse bercer par la musique. Après quelques minutes, je vais me trouver un siège et bois un jus d’orange. La musique se métamorphose en slow, Same mistakes des One Direction. Un garçon s’approche de moi, Chad.

     

    « - Voulez-vous bien m’accorder cette danse ?, dit-il.

     

    - Mais bien sur. »

     

    Il me prend la main et m’emmène sur la piste de danse. Il pose ses mains sur mes hanches et commence à danser, je le suis en posant mes mains sur ses épaules. Il se rapproche de moi et me dépose ses lèvres sur les miennes. La musique nous guident et nous restons scotchés l’un à l’autre, c’est la plus belle soirée. Il me chuchote à l’oreille un je t’aime et nous continuons à danser jusqu’à se que la musique recommence de nouveau à bouger. Je regarde Chad, il me fait un clin d’œil, je lui souris. Nous dansons, dansons, jusqu’à se que mes jambes soient trop fatiguées pour continuer. Je dis à Chad que je rentre, il me suit. Nous sortons de la salle, montons l’escalier et entrons dans ma chambre.

     

    « - Alors la soirée ?, dis-je.

     

    - Je l’ai trouvé très amusante. Mais, tu dois être fatiguée ?

     

    - Un peu, mais pas encore tout à fait.

     

    - Tu ne peux pas savoir comme cette fête m’a permis de me rendre compte à quelle point c’est magnifique la vie.

     

    - Pourquoi tu dis ça ?

     

    - Peut-être parce-que je veux en profiter le plus possible. Aller au lit !! Tu dois être en forme pour demain.

     

    - Toi aussi, tu dors où ?

     

    - Avec toi, je vais rapprocher les deux lits. Enfin, si tu n’y vois aucun inconvénient ?

     

    - Aucun… »

     

    Je vais mettre mon pyjama pour la deuxième fois de la soirée puis monte sur mon lit et me glisse sous les couvertures, Chad fait la même chose. J’enlève ma chaîne, celle que Lily ma offerte la première fois que l’on c’est vu. Il éteint les lumières et m’embrasse, il me souffle bonne nuit, je lui renvoie la même chose. Je m’endore très vite, je sombre dans un rêve où le mal n’existe pas, où tout le monde s’aiment. Quelque chose me choque, je trouve ça bizarre de ne pas voir quelques personnes se disputer. Il n’y a que du bien, pas de mal, rien. J’entends alors une sonnerie, elle ne vient pas de mon rêve, elle est réelle.  Je me réveille, c’est le portable de Chad, il n’est pas là, son lit est vide. Je le prends, il affiche « Lysias ». Je sors du lit, regarde la table de chevet, ma chaîne a disparu, je me dirige vers les douches pour garçons. Il doit surement être là bas. J’entends ruisseler l’eau.

     

    « - Chad ? Tu es là ?

     

    - C’est qui ?, dit une voix que je ne reconnais pas.

     

    - Je, je…je suis désolé, vous n’auriez pas vu un garçon ?

     

    - T’es une fille !! Tu fou quoi dans les douches des gars toi, attends je sors. »

     

    Je me retourne et attends quelques instants.

     

    « - Wesh !! C’est bon, tu t’appelles comment ?

     

    - Nora, dis-je en me retournant, et toi ?, il est en jean avec un tee-shirt blanc, il a sa mèche sur le côté, ses cheveux sont d’un jet noir.

     

    - Matthias, tu fais quoi ici ?

     

    - Je cherche un gars, tu n’en aurais pas vu un autre par hasard ?

     

    - Hum, non, pas ici. Il s’appelle comment ? C’est ton copain ?

     

    - Il s’appelle Chad et…oui.

     

    - Ah, bon et bah tu es en quelle année ?

     

    - En seconde et toi ? Pareil non ?

     

    - Non, première.

     

    - Ah, d’accord, je vais te laissée, je dois le retrouver. A plus.

     

    - Ouais, à plus Nora. »

     

    Je sors des douches et retourne dans ma chambre. Il n’est toujours pas revenu, je m’habille vite fait et descends dans la salle pour déjeuner. Je regarde partout, mais il n’est nulle part. Je soupir, il a du repartir au chalet. Je vais donc m’assoir à une table et demande à la serveuse, oui nous on a des serveuses pour nous servir, de la brioche et un verre de jus d’orange. Deux garçons s’approchent de la table, je reconnais Matthias.

     

    « - Salut Nora, dit Matthias en s’asseyant je te présente Sébastien, mon meilleur ami depuis l’enfance. »

     

    Il a les cheveux courts et son pantalon moulant me fais penser à un clown, il porte un sweat gris.

     

    « - Bonjour, dit celui-ci.

     

    - Je lui ai déjà dit que tu n’étais pas libre.

     

    - Ah, bonne nouvelle, dis-je en regardant Sébastien faire la tête, il a l’air drôle ton ami.

     

    - Très, il devrait devenir clown plus tard.

     

    - Hihihi, rigole Sébastien mort de rire.

     

    - Je vois, dis-je l’air un peu dégouter mais souriante.

     

    - Enfin bon, dit Sébastien en reprenant son sérieux, tu cherches toujours Chad ?

     

    - Oui, tu sais où il est ?

     

    - Oui, je l’ai vu sortir d’une chambre se matin, il rigolait, c’est se qui m’as fais rire aussi. Et au faite vous connaissez cette blague : c’est Sherlock Holmes et le docteur Watson qui sont en train de camper
    Holmes dit à Watson: "regarde le ciel, et dis-moi à quoi tu penses"
    Watson regarde le ciel, et s'exclame: "je pense au vaste de l'univers, en regardant toutes ces étoiles, je me rends compte que nous ne sommes peut-être pas seuls:... peut-être y a-t-il une forme de vie là-bas, quelque part, qui regarde même dans notre direction et qui penses à la même chose que nous pensons... pourquoi Holmes ?

     

    Tu dois être en train de penser la même chose que moi quand tu vois ce merveilleux ciel étoilé?"
    "Non, quand je vois ce ciel, je pense qu'on s'est fait voler notre tente", et il se met à rire, il devient tout rouge et après un long silence, Matthias et moi commençons à rire. Je me sens…heureuse, tout simplement contente. Sébastien se lève et se retourne pour rigoler fortement. Nous n’en pouvons plus. J’arrive tout de même à reprendre mon calme, Seb se rassoit.

     

    « - Bref, pour Chad, je l’ai vu, me dit-il en rompant le silence.

     

    - Où ça ?

     

    - Bah, la première fois, c’était, euh, il sortait de la chambre d’une fille et après c’est derrière toi, près de la porte. »

     

    Je me retourne, il porte un sweat gris et un jeans normal et aux pieds, ses Vans bleu et blanche, il est toujours aussi bien coiffé. Il a le dos collé sur le côté de la porte. Je me lève du banc, dis en revoir aux garçons et m’avance vers lui. Il tourne la tête dans ma direction au moment où j’arrive devant lui.

     

    « - Où étais-tu ?, criai-je à peine.

     

    - Bonjour, bien dormi ?, me répond t-il.

     

    - Je t’ai posée une question.

     

    - Je suis sorti, moi aussi je t’en ai posé une.

     

    -…, je me recule un peu en baissant la tête puis en la relevant. Oui j’ai bien dormie. Tu aurais pu m’attendre…

     

    - Allons dans la chambre, il y aura moins de bruit. »

     

    Il se dirige donc là bas, moi sur ses talons. Nous entrons, je vais m’assoir sur le lit, il fait de même.

     

    « - Bon, pourquoi ne m’as-tu pas attendu ?

     

    - Tu dormais, je ne voulais pas te réveiller et il fallait bien se débarrasser des corps non ?

     

    - Où les as-tu mis ?

     

    - Je les ai enterrés un peu plus loin dans la forêt. Ils méritaient bien ça quand même.

     

    - Je comprends, quand es-tu rentré ?

     

    - A l’instant, je serai venu te chercher avant sinon. Et toi, où as-tu rencontrée ses garçons, ils ont l’air…sympathique.

     

    - Ils le sont,  je, j’ai rencontrée celui avec les cheveux long dans les douches des garçons, je te cherchais et l’autre dans la salle.

     

    - Dans les douches ?

     

    - Rien, il n’y a rien eu, ne t’inquiète pas. Quand je me suis réveillée, ton téléphone sonnait, c’est se qui m’a réveillée mais il affichait « Lysias ». Tu peux me dire pourquoi ?

     

    - Je ne sais pas, quelqu’un a du prendre son portable et m’appeler.

     

    - Je ne saisie pas, tu émets une hypothèse sans fondement.

     

    - Je ne sais pas, et je te le répète, quelqu’un a du le prendre.

     

    - Hum, hum, c’est bizarre mais je te crois.

     

    - Bonne nouvelle, tu as l’air…tracassée, j’ai raison ?

     

    - Oui, ma, ma chaîne a disparu. Je pensais que tu l’avais prise sans faire attention, tu l’as ?

     

    - Euh, non, je ne savais même pas que tu en avais une. Elle t’a été offerte par qui ?

     

    - Lily, la première fois qu’on c’est rencontré, elle me la donnée en me faisant jurer de ne jamais l’oublier. C’est ce que j’ai fais mais…

     

    - Ce n’ai pas de t’as faute si elle n’est plus là. On va la retrouver cette chaîne, elle a du tomber. »

     

    Il se baisse et regarde en-dessous du lit, sous la petite table, partout où elle aurait pu aller mais rien. Je pousse un soupir, elle ne peut pas avoir disparu comme ça. Chad se rassoit sur le lit, il sort de son sweat une chaîne identique à la mienne et il la détache de son cou.

     

    « - La première fois que j’ai embrassé une fille, dit-il en me là montrant.

     

    - Qui te là donné ?

     

    - La fille en question s’appelait Lily. Tu n’étais pas encore arrivée, on a rompu juste avant ton arriver.

     

    - Elle, t’a dis de la garder ?

     

    - Oui et de ne pas l’oublier. Nora, je crois savoir pourquoi ta chaîne a disparu. Il y a bien un petit cœur au bout que l’on peut ouvrir n’es pas ?

     

    - Oui, mais je n’y arrive pas.

     

    - C’est-tu se qu’il renferme ?

     

    - Non, une photo ?

     

    - Non, dit-il en gloussant, il renferme le pouvoir de l’amitié, elle te l’a donnée, c’est la preuve qu’elle t’adorait non ? Et moi, elle me l’a donnée, elle m’aimait, la mienne renferme le pouvoir de l’amour.

     

    - Pouvoir ? Comment-ça ?

     

    - Ce n’est pas des pouvoirs comme dans les jeux vidéo. Ca vient du cœur.

     

    - Pourquoi on me l’a prise alors ? Ca ne concerne que moi !

     

    - Peut-être pas, dit-il en se levant et en commençant à faire les cent pas. Quelqu’un d’autre en a besoin, de la tienne et de la mienne. Je suis sur qu’il en existe une troisième, mais, je ne pense pas être en mesure de savoir se qu’elle renferme.

     

    - Quelque chose d’encore plus terrible, le contraire de l’amour et de l’amitié. La vengeance, la terreur…

     

    - Le mal, je sais qui est en possession de ta chaîne.

     

    - Qui ? Cette personne est dangereuse ? Chad !!

     

    - Ta mère, c’est elle, je le sens, elle est là, dans la chambre.

     

    - Que, quoi ?!!

     

    - Baisse-toi Nora !, cri Chad. »

     

    Je me baisse en même temps que lui et je vois voler au dessus de ma tête une chaise en bois. Je regarde par-dessus le lit, elle est là, cette femme. J’aperçois quelque chose qui se reflète à la lumière. Ma CHAÎNE !! Je regarde Chad, il me fait non de la tête. Argh, et puis mince, tant pis !! Je saute au dessus du lit et étale cette vieille chouette par terre. J’attrape mon collier, dans sa main gauche, et retourne derrière le lit. Je l’entends rager, même pas le temps de réagir, quelqu’un m’emporte avec lui et traverse la fenêtre. Elle éclate en morceaux et quelques fragments atterrissent dans mon ventre. Je pousse un long hurlement. Je ne sens plus mon corps, la douleur m’emporte, elle est trop forte… Ma vue se trouble. Je lève les yeux pour voir celui ou celle qui me porte, c’est Chad. Je me sens un peu mieux, je suis en sécurité. Je vois alors du sang sur mes mains, je regarde mon ventre, il y en a plein partout. Ma vue se trouble, le sang coule par terre, je perds connaissance, je me sens raide morte….

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :